L'Italie (Juin 2009)

 Voyage en Italie

Je vais vous raconter ma traversée de l’Italie, qui a eu lieux pendant mes vacances en juin 2009,  je suis parti avec mes parents, nous avons parcouru environ 2450 Kms sur 8 Jours, je suis .. Nous somme rentrés avec des images plein la tète et Plein l’appareil photo. Je vais donc vous faire partager mes meilleurs moments de ce périple italien.

 

 

Le 25 Juin 2009, départ de Berland (Isère 38)  dans la nuit, direction le Tunnel de Fréjus long de 12,8Kms, c’est le cinquième plus long Tunnel Routier du monde pour arriver à la frontière Italienne et découvrir un pays ou c’est la loi du plus fort sur la route, après une enfilade interminable de tunnels  et environs 630 Kms,  nous arrivons dans la ville de Florence ou nous  alons passer la nuit dans un sympathique hôtel (Hôtel Crocini, Corso Italia 28, Firenze), le meilleur hôtel niveau accueil, petit déjeuner etc … sur tous notre séjour. Après avoir déposé nos bagages, direction  Florence pour la visite.

 

Le 26 juin 2009, après une visite trop rapide de Florence et passé une bonne nuit,  nous reprenons la voiture direction Ostia Antica (l’un de mes meilleurs moments de ce séjour). je vais m’attarder sur Ostie pour vous présenter ce site superbe à visiter absolument si vous venez à  Rome.

Origine d’Ostia Antica

Une vieille légende romaine, qui s'est maintenue d'Enné jusqu'à S. Girolamo, veut que la fondation d'Ostie ai été à l’endroit issu de la légende de Virgile, précisément où serait débarquée Enée, dont les descendants seront plus tard appelés "les Latins".
Selon une histoire maintenant adopté, même si elle n’est pas suffisamment accompagnée de résultats archéologiques, le quatrième roi de Rome, d'Anco Marzio, vers 630 av JC., décida d'assurer son contrôle sur le fleuve Albula - ensuite appelé Tevere (le Tibre) - afin de donner à Rome un débouché sur la mer et pour s'emparer des salines.
À cette fin, différentes installations furent élevées sur le chemin de Rome vers la côte, et il aurait alors fondé Cologne appelée Ostie par la suite. (de « ostium », embouchure du Tibre).

 

Reste incertain la position de la première installation, qui pouvait se trouver à proximité de l’embouchure, ou bien dans la zone du bourg médiéval de Gregoriopoli (le centre de l'actuelle Ostie Antique), où ont été retrouvées d’anciennes céramiques.

Les témoignages archéologiques de la période républicaine sont plus clairs et montrent qu'à partir du IV siècle av JC, les Romains fondèrent un castrum, c'est-à-dire une citadelle fortifiée près de l’embouchure, pour s'assurer contrôle de la basse vallée du Tibre et de la côte, sujette aux incursions des Grecs et des Syracusiens.
Cette fondation est peut être lié à une des premières pièces de monnaie romaine, frappée d’une proue de bateau.

Les fouilles effectuées dans la deuxième moitié du siècle passé nous permettent d'admirer quelques traits bien conservés du mur du Castrum républicain et d'avoir une idée des dimensions de la structure.

 

Ces murs délimitent une citadelle de forme rectangulaire de 194 x 125 m, traversée à l’origine par deux routes principales (decumanus et pivot) qui s’y croisaient au centre, divisant l'aire intérieure en quatre parties égales.
A l'extrémité des routes, s’ouvraient quatre portes.

Ostie permet la première affirmation de Rome sur la mer et accompagne son développement et sa puissance, aussi bien navale que commerciale.

 

Après avoir passé un superbe après midi dans Ostia Antica à gravir multiples Arènes antiques, vieux couloirs et souterrains nous somme partis en bord de mer à coté d'Ostie, ou là, grosse déception, nous n'avons pu voir la mer que de loin car l’intégralité du bord de mer est privatisé, impossible de toucher l’eau sans payer. C’est beau la nature … Allez direction Rome, pour découvrir notre Hôtel qui se trouve sur les hauteurs, dans la banlieue à 30 minutes du centre en train (Villa Spada, Via Maria Elena Bettini 20),

320 kms depuis Florence, plus la visite d’Ostie, nous a mis sur les Rotules, donc petit repas a hôtel (très bon) et gros dodo pour être en forme le lendemain.

Le 27 Juin 2009, levés de bonne heure comme à peut prés tous les jours, salle de bain, petit déjeuner (pas terrible dans cette hôtel) et direction Rome en train, pour atteindre le Vatican;  Arrivée sur la majestueuse place Saint pierres.

 

Nous attaquons la longue fille d’attente (1 heure) pour visiter la basilique Saint Pierre, suivi des catacombes  ou sont enterrés les papes dont Jean Paul II. A la sortie de la basilique Saint pierre, direction le musée et la Chapelle Sixtine (Vendre un Bras pour rentrer !!!) quelle grandeur, des salles à perte de vue, des peintures extraordinaires de partout et une visite de plus de de 2 heures à en perdre la tète tellement c’est beau, il y en a de partout, on ne sait plus ou regarder. Même si la visite et assez chère cela reste un incontournable, a faire absolument.

 

Sortie de la chapelle, des centaines d’images en tète et dans l’appareil, nous avons  joué les vrais touristes, direction la visite de Rome dans un Bus panoramique.

Rien de tel pour avoir une vision globale de la ville en peu de temps. Cette virée en bus nous a fait du bien car beaucoup de marche et de voiture depuis notre Départ. Bon on y retourne nous arrivons au Colisée un de mes meilleurs moments avec Ostie et Pompéi que je vous raconterai un peut plus tard, Que dire sur le colisée.

 

Un Peut Histoire pour commencer

L’amphithéâtre était destiné à abriter les combats de gladiateurs.
Ce n’est qu’au Moyen Age que le bâtiment prît son nom actuel de Colisée, en raison de sa proximité avec une statue colossale de Néron.
Si les théâtres et les temples romains s’éloignent peu de leurs précurseurs grecs, les arènes - dont le Colisée est l’exemple le plus aboutit – ils sont tout à fait novateurs dans l’histoire de l’art.

Bien que très friande de ce genre de spectacle, Rome ne se dota de son premier amphithéâtre en dur qu’en 29 avant Jésus Christ, sous le règne d'Auguste. Ce premier édifice fut brûlé en 64 de notre ère, le Colisée était destiné à le remplacer.

Si Rome construisit son premier amphithéâtre bien plus tard que ceux de ses provinces, c'est peut-être en raison de la méfiance que l’Urbs vouait à tous les lieux de rassemblement, susceptibles de devenir des foyers d’agitation.

En ce sens, la construction du Colisée pourrait être la marque de l’optimisme politique des empereurs, tranchant sur la vie politique de la République romaine.

 

Plus certainement, on sait que l’amphithéâtre fût en partie bâtit pour des raisons économiques : Vespasien, pourtant économe, voulait procurer du travail aux personnes ruinées par les guerres civiles plutôt que de les nourrir à ne rien faire.
Le gigantesque chantier débuta en 72 de notre ère, et se sont les fils  de Vespasien – Titus puis Domitien – qui achevèrent sa construction. Son inauguration en 80 fût le prétexte à des Jeux grandioses, étalés sur cent jours, qui causèrent la mort de 5 000 fauves et de 2 000 gladiateurs.

 

Il pouvait accueillir entre 50 000 et 75 000 spectateurs. Il servit pendant près de 500 ans principalement pour les combats de gladiateurs, mai aussi pour d'autres spectacles publics, comme des simulacres de batailles navales (des naumachies), des exécutions publiques, des chasses d'animaux sauvages, des reconstitutions de batailles célèbres et des drames basés sur la mythologie.
Le bâtiment a finalement cessé d'être utilisé au cours du haut Moyen Âge. Il à plus tard été réutilisé pour des buts variés tels que des habitations, des ateliers d'artisans, le siège d'un ordre religieux, une forteresse, une carrière et un sanctuaire chrétien.

 

La conversion des empereurs au christianisme, puis l’édit d’Honorius en 404, sonnent le glas de l’usage festif de l’amphithéâtre.
Au Moyen Age, il servi en particulier de carrière et perdît ses gradins, son plancher et une partie de sa façade.
Aujourd'hui, c'est devenu l'un des repaires favoris des chats romains.Vous arriver sur les gradins de cette Amphithéâtre et la vous avez l’ère minuscule, tous et démesurer, il faut être sur place pour vraiment ce rendre conte de ce monument, une fois de plus après en avoir prix plein les yeux, direction la sortie pour monter sur le mont palatin.

 

Le mont Palatin de Rome est situé à proximité du Forum romain et du Colisée. Le mont Palatin est l'une des sept collines de Rome sur laquelle vous pourrez découvrir, au cœur d'un magnifique jardin, les ruines des anciens palais des empereurs romains. Les ruines ne sont pas particulièrement impressionnantes et souvent difficiles à appréhender, mais le cadre de verdure est enchanteur et la vue sur la ville magnifique. Ne pas manquer la maison de Livie et d'Auguste ré ouverte en 2007 et dont les fresques ont été restaurées.

 

L'accès est payant, billet jumelé avec le Colisée et le Forum romain.L'histoire du Mont Palatin est très riche et il est considéré comme le berceau de Rome. En effet, cette zone était déjà habitée au Xème siècle avant JC et c'est ici que Romulus et Remus auraient été recueillis par la louve. Romulus, après la fondation de Rome se serait établi ici avec les premiers habitants. C'est sur le mont Palatin qu'ont été retrouvés les plus anciens vestiges de Rome, les cabanes de Romulus du IXème siècle. La grotte ayant hébergé Romulus, Remus et la louve a été mise à jour en 2007. Transformée en lieu de culte dans l'antiquité elle est superbement décorée mais non visitable.

Après l'entrée vous parcourez un chemin au milieu des pins parasols qui mène aux ruines des Thermes de Septime Sévère dont il reste quelques arcades puis au Stade de Domitien.

Le mont Palatin est devenu ensuite le lieu d'habitation de l'élite romaine avant de devenir celui des Empereurs qui y ont construit une succession de Palais qui ont fini par former un seul ensemble. Le terme de "palais" provient d'ailleurs de Palatin. A la chute de l'empire, la zone est abandonnée avant de se transformer en forteresse puis en jardins des grandes familles romaines, qui en profite pour piller le site. Le jardin Farnèse est un très bel exemple de ces jardins donnant sur le forum. 

  

Le stade de Domitien, bien visible, est en forme de cirque, entouré de tous côtés par un portique à deux étages, il abritait les jeux organisés par l'empereur Domitien. Selon la légende, Saint Sébastien y aurait connu le martyr.

  

Plus loin vous passerez par la Domus Augustana où vous verrez les vestiges de deux bassins dont le second, en contre bas, est lui-même formé de 4 bassins semi circulaires. Ce palais abritait la demeure privée des Empereurs.

De la terrasse vous aurez une très belle vue sur les quelques restes du Circus Maximus

 Accolé à la Domus Augustana, dans un ancien monastère, vous pouvez visiter l'antiquarium qui expose de belles pièces archéologiques trouvées sur le site.En poursuivant votre chemin, vous passerez à la Domus Flavia, elle aussi construite par l'empereur Domitien, de la dynastie des Flaviens. Au sol, les restes d'une fontaine octogonale marquent le centre du Palais. C'est dans ce palais qu'avaient lieu les audiences impériales dans la salle du trône. Plus loin vous arriverez à la maison de Livie et d'Auguste qui est bien conservée. Elle comporte de très belles fresques du IIème siècle qui faisaient partie de la décoration de ces appartements privés.

Vous pouvez rejoindre ensuite les jardins Farnèse qui ont été aménagés au XVIème siècle par le cardinal Alexandre Farnèse à l'emplacement des ruines du palais de Tibère qu'il avait achetés. Ces jardins étaient le lieu de fêtes grandioses au milieu des plantes rares et de fontaines. La vue sur le Forum, le Colisée et la ville est très belle. Vous pouvez terminer la visite en rejoignant le Forum.

Après ces heures de marche dans ces jardins et Forum, nous avons mangé un bout dans un petit restaurant derrière le forum, simple et pas cher. Repus et reposés, nous nous sommes rendus a la fontaine de Trévise

 

Située en plein cœur de la ville, à proximité de la place Navone et de la place d'Espagne, elle est la fontaine la plus connue de Rome et un lieu de passage obligé. Construite à la demande du Pape Benoit XIV, elle est l’œuvre de Nicolas Salvi qui l'achève en 1762. La fontaine est venue remplacer la bouche de l'aqueduc romain qui amène toujours l'eau d'une source, l'Acqua Virgine. Une jeune fille nommée Trési, aurait révélé l'emplacement de la source à des soldats romains pour sauver sa virginité, histoire racontée sur les bas reliefs de la fontaine. La fontaine est une allégorie de l'Océan avec, au centre, Neptune, se tenant sur un char en forme de coquille, tiré par deux chevaux marins, représentant l'eau violente (gauche) et l'eau sauvage (droite). Ils sont guidés par deux tritons. Les statues entourant Neptune représentent l'abondance et la salubrité.

 


Les statues du dessus, représentent les quatre saisons. Il est de tradition, de lancer 1 pièce dans la fontaine, et de faire un vœu.

Nous avons terminé cette longue Journée par une bonne glace, un délice et flânés dans les boutiques du centre de Rome, mais l’heure et la fatigue nous rappellent vite qu’il faut rentrer à l’hôtel, donc direction la gare pour reprendre le train dans l’autre sens. Mais si vous désirez visiter Rome et ses alentours pensez à prévoir une petite semaine car en deux jours, c'est vraiment trop court.

Le 28 Juin 2009, après un petit déjeuner et une bonne nuit réparatrice nous reprenons la route car une longue journée de marche nous attend. Direction de Pompéi, 246 Kms plus loin nous arrivons aux abords de Pompéi, non sans passer très prés de Naples et de découvrir des décharges ambulante au bord des routes !!! Un rapide Passage à l’hôtel (Piccolo Sogno, Via Carlo Alberto (1 Traversa) 2, 80045 Pompéi) pour déposer nos bagages, prendre de quoi faire des sandwiches et nous filons très vite sur le site de Pompéi  qui se situe au sud-est de l’Italie, dans la plaine volcanique de Campanie, à quelques kilomètres de Naples.

 

Ville portuaire antique, construite au pied du Vésuve, Pompéi, fondée au VI ème siècle avant J.C subit l’influence hellénistique et fut florissante jusqu’au début du Ier siècle de notre ère. L’expansion de Pompéi fut rapide, notamment grâce à sa position géographique favorable puisqu’elle se trouvait au cœur des échanges méditerranéens. Malheureusement l’éruption du Vésuve détruisit complètement la ville le 24 août 79. Lors de l’éruption du Vésuve, Pompéi comptait 25 000 habitants. Les nombreuses boutiques et ateliers, que les fouilles archéologiques ont mis au jour, la largeur des rues et les ornières creusées par les chars permettent d’imaginer l’activité qui devait y régner. En deux jours, Pompéi fut cachée d’une couche de cendre atteignant 6 à 7 m d’épaisseur. Le calme s’installa sur la ville pendant dix sept siècles et ce n’est qu’au XVIII siècle que débutèrent des fouilles systématiques. La ville actuelle est située à l’est du site archéologique et compte sensiblement le même nombre d’habitants. L’ancienne Pompéi fait vivre la cité nouvelle grâce au tourisme qui lui procure 70 % de ses ressources.

 

Le 24 août 79 après J.C, vers dix heures, le Vésuve se réveille après plus de mille ans de sommeil...

Une éruption qui dévaste la ville de Pompéi et d’Herculanum tout près de Naples ! Le phénomène débute par une immense explosion du cratère, avec le jet du bouchon de lave. Ensuite se forme la colonne éruptive : haute de plus de vingt kilomètres, elle est constituée de cendres, de gaz et de pierres ponces et de forme dite "en champignon" ou "en pin parasol». Les matériaux éruptifs jaillissent du cratère et amenés par un fort vent de sud-ouest, Pompéi est directement attaquée par une pluie de lapilli et de fragments de pierre et cela presque sans arrêt jusqu’au lendemain matin. L’accumulation des pierres ponces provoque la chute des toits et fait énormément de victimes.

Les incendies se déclarent... tout devient enfer...Et le lendemain 25 août, vers 7 h 30, une énorme pluie de gaz et de cendres, appelée "nuée ardente", s’abat de nouveau sur Pompéi. Les effets sont dévastateurs : deux mille personnes meurent brûlées, soit environ 15 % de la population. D’autres pluies destructrices s’abattent ! Prenant la forme et le volume d’une coulée de matériaux éruptifs, provoquant la destruction des parties hautes des édifices, enveloppant les victimes des autres "nuées ardentes", elles envelissent Pompéi et ses environs ! Quelques jours après l’éruption, Pompéi et l’ensemble de la vallée du Sarno apparaissent complètement métamorphosés : une énorme couche blanche recouvre les lieux.La cité est recouverte d’une couche volcanique de près de 6 m d’épaisseur ...

 

 

Dommage que notre journée à Pompéi se soit terminée sous la pluie, nous somme rentrés à l'hôtel, pour ensuite se restaurer dans le centre de Pompéi. Nous avons de plus en plus de facilitées a nous endormir car la fatigue cumulée commence vraiment à se faire ressentir. Bonne nuit …

Le  29 Juin 2009, Les Vacances tirent à leur fin, nous attaquons le retour et allons passer la plus longue journée en voiture depuis notre départ, environs 740 Kms,  direction  Gène, dernière étape Italienne de notre voyage, mais sur la route nous avons fait un petit détour pour  visiter Pise.

Cette ville et incontournable pour sa tour qui mesure 54 mètre de hauteur, 15.5 mètres de diamètre extérieur, elle fait 8 étages et a un escalier de 293 marches. A la fin de la construction, la tour à une inclinaison de 1,47° soit 1,40 m de décalage entre le sommet et le pied. En 1817, le sommet de la Tour de la ville de Pise est décalé de 3,8 m soit une inclinaison de 4°.En 1993, l'inclinaison est de 5,63° soit un décalage de 5,4 m et maintenant l’inclinaison et stabiliser. Après ce petit intermède nous avons repris la route pour arriver en fin d’après midi à l’Hôtel (Belisto, Via Capolungo 12, Nervi), rien de particulier à voir à Gène, donc sur le conseil de la réceptionniste de l’hôtel nous somme allés nous promener sur une superbe promenade qui longe et surplombe la mer sur plusieurs Kms, jusqu’a une petit crique ou nous avons pu nous baigner, la seul fois depuis notredépart ou nous avons pu faire trempette. Sur le retour, en direction de l’hôtel, nous avons mangé dans un petit restaurant sympa sur cette promenade et avons vite retrouvés l’hôtel pour passer une bonne nuit car la journée a été très fatigante.

 

Le 30 Juillet 2009, Au petit matin nous ressentons vraiment la fin des vacances car nous repassons en France, en route pour Nice,  200 petits kilomètre, une routine par rapport à tout ce que nous avons déjà traversé, arrivée à Nice, dépose des bagages à l’hôtel (Première classe, 385 Promenade de Anglais) et visite de la vieille ville, même si Nice et une ville attachante, on est loin de tout ce que nous avons vu en Italie. Promenade un petit fade à mon goût, cette fin de journée a été clôturée par une petit baignade à la plage de la promenade des anglais. Retour a l’hôtel pour une bonne douche et direction le restaurant pour un petit festin, buffet des entrée, plat chaud, buffet des desserts, voila la bonne chose de la journée depuis notre retour en France !!! Allez au pieu, demain nous rentrons à la maison.

  

Le 01 Juillet 2009, Bon bien voila, dernier petit  déjeuner copieux, nous chargeons la voiture et reprenons la route direction Berland, fin de notre périple Italien, les 330 dernier Kms on été engloutis sans aucun problème, plein d'images en tète.

Arrivée a Berland , j'ai retrouvé ma fifille.

FIN 

  

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site